Barcelone Personnages Le beau Casanova

Le beau Casanova

Tout le monde aime t’il vraiment Barcelone?

 
 
C’est une question que l’on peut légitimement se poser:
 
la ville est belle, baignée de soleil, au bord de la mer. Elle est riche de sa culture, de son architecture, de sa diversité. On y mange bien….Bref, difficile de ne pas l’aimer!
Pourtant, s’il y a bien une personne qui n’a pas aimé Barcelone, c’est bien Giacomo Girolamo Casanova dit Jacques Casanova de Seingalt, comme il aimait à se faire appeler, pour faire plus noble, ça va sans dire.
 
Mais que s’est-il exactement passé à Barcelone pour que le fameux séducteur prenne en grippe cette belle ville?
 
 

Casanova débarque à Barcelone

 
Casanova à Barcelone
Reprenons. Casanova a 40 ans quand il arrive à Barcelone, il en a vu des vertes et des pas mûres durant sa vie de bohème. Il a traversé l’Europe et a fait un tour en prison dans toutes les grandes villes: Venise, sa ville, Paris, Londres, Madrid et j’en passe. C’est que, vantard et tricheur (il gagne principalement sa vie en jouant aux cartes, au Pharaon qui est un jeu à la mode au XVIIIe), il finit souvent par se brouiller avec la bonne compagnie qui l’entoure.
 
Il survit à quelques duels et doit fuir plusieurs villes qui, décidément, ne supportent plus ce libertin épris de liberté et de femmes.
 
 
En passant, il devient joueur de violon, invente la loterie nationale (et oui, l’ancêtre du loto, c’est lui), il est semble-t-il espion pour la France; escroc aussi, magicien, diplomate, bibliothécaire, écrivain… et bien sûr, c’est un charmeur invétéré… On lui connaît plus de 125 conquêtes officielles.
 
 

UN ESPRIT TROP LIBRE

Que s’est-il donc passé à Barcelone pour qu’il en parle si mal dans ses fameuses mémoires?

 
Il rencontre tout d’abord à Valence, une certaine Nina Bergonzi dite la Niña. Nina est danseuse…mais elle est surtout la maîtresse du vice-roi de Catalogne, le comte de Ricla. Le comte en est follement amoureux, et très jaloux, mais Nina n’est pas femme à se satisfaire d’un seul homme, elle a pour autre amant un certain Molinari qui, en principe, est chargé par le comte de la surveiller (nb: ne jamais confier à d’autres ce que l’on peut faire soi-même).
 
 
Casanova à Barcelone
 
Voici la description que Casanova fait de Nina, elle est savoureuse: «Je voyais devant moi une femme belle comme un ange, atroce comme un diable, affreuse p… née pour punir tous ceux qui par leur malheur deviendraient amoureux d’elle. J’en avais connu d’autres dans ce goût-là, mais jamais une égale.»
 
Le portrait est élogieux.
 
 
 

 

NINA

Nina est, semble-t-il, si dépravée que l’évêque de Barcelone, monseigneur Climent, ne veut plus la voir à Barcelone…bref rien de très sérieux pour notre coureur de jupons.
 
Après quelques jeux de séduction, Nina propose une partie fine et autres amusements à Casanova, qui, bien que flairant le piège, ne peut résister à l’invitation. Casanova arrive à Barcelone avec ses lettres de recommandations, comme cela se faisait à l’époque, et est présenté à la « jet set » locale.
 
 
Casanova à Barcelone
 
 
Nina ne cache rien au comte de Ricla et se vante même son intimité avec Casanova. Une soirée s’organise dans le palais du comte Peralada (grand libertin de Barcelone, parfaitement «débauché» nous dit Casanova, et gageons qu’il sait de quoi il parle) de la rue Santa Anna dans le quartier gothique.

Casanova est présenté au comte de Ricla qui reste assez distant avec notre séducteur. Tous les soirs, alors que le comte quitte Nina, Casanova rejoint Nina dans ses appartements, en tout bien tout honneur, nous dit-on. Un soir qu’il sort de chez Nina, on tente de le tuer. Il se bat à l’épée, blesse un adversaire, évite un coup de fusil et parvient à s’échapper…

Casanova est alors arrêté et conduit en prison à la Citadelle de Barcelone (cette citadelle n’existe plus aujourd’hui, mais elle se dressait au lieu du bien nommé parc de la citadelle, magnifique au demeurant.)

 

 

 

 

 

 

EN PRISON

Au début de son incarcération, Casanova ne se plaint pas de la prison de la Citadelle puisque moyennant quelques arrangements financiers avec les mâtons, il mange bien et peut écrire. Mais on finit par le mettre dans une partie plus austère de la prison le « calabozo » (cul-de-basse-fosse). Casanova y reste 42 jours.

Casanova à Barcelone
 
Libéré, il n’a droit à aucunes explications, on lui recommande tout de même de quitter Barcelone. Bien sûr, le tout puissant et jaloux comte de Ricla est derrière son incarcération. 
Mais, c’est surtout Nina qui a tiré toutes les ficelles de ce jeu de dupes et humilié Casanova et Ricla…elle, une simple danseuse! Tout le gratin de Barcelone était au courant de la relation de Casanova avec Nina, du fait qu’elle l’entretenait financièrement au dépend du comte de Ricla. Un scandale donc, surtout dans une société où l’étiquette et le paraître sont essentiels.
 
 

SANS ADIEUX

 
Casanova part de Barcelone le 31 décembre 1768, pour bien clore une année mouvementée. Il va rejoindre la France pour d’autres aventures, réussissant à semer au passage trois assassins lancés à sa poursuite. 

Evidemment, tout ceci ne laisse pas un bon souvenir…et il ne reviendra jamais à Barcelone.
 
Mémoires de casanova
 
On espère que vous passerez un meilleur séjour à Barcelone que notre cher Casanova 🙂
 
 
Nb1: Si vous voulez en savoir plus sur Casanova et que vous avez du temps (6000 pages), lisez ses  » Mémoires ».
 
C’est très enlevé, drôle et passionnant, on y apprend bien des choses sur les femmes, et les hommes, bien sûr!
 
Nb2: si vous désirez lire ce livre, demandez-le à votre bibliothécaire ou commandez le chez votre libraire.
 
Bref…évitez de donner votre argent à Amazon!