Sortir Le sónar: festival de musique électronique et d’arts multimédias

Le sónar: festival de musique électronique et d’arts multimédias

BARCELONE À L’AVANT-GARDE: LE SÓNAR

Sónar est un festival de musique dédié aux musiques électroniques qui a lieu à la mi-juin. L’édition 2020 aurait dû avoir lieu du vendredi 18 au dimanche 20 juin…ce n’est que partie remise!

Créé en 1994 par trois passionnés de musique : Ricard Robles, Enric Palau et Sergi Caballero, c’est un incontournable qui a beaucoup contribué à la réputation de Barcelone comme ville festive. C’est même LE festival espagnol, pour peu que l’on aime les musiques électroniques! 

 
 
Live music: Le sonar Barcelone
 

 

La ville change d’allure. 

Pendant une semaine, ses rues se remplissent de la jeunesse venue des quatre coins du monde (46%) et d’Espagne (54%). C’est une jeunesse joyeuse et colorée, bruyante, heureuse et décomplexée, qui se remarque dans les rues de la ville. Et puis, c’est le début de l’été, aussi, et le soleil ne manque pas au rendez-vous. Tout est prêt pour faire la fête aux rythmes des décibels et du beat. Avec les années, le public s’est renouvelé, les jeunes d’hier sont les vieux d’aujourd’hui, et les générations se mélangent.

En 25 ans, le festival a bien changé. On ne peut comparer les débuts presque intimistes dans le club Apolo, qui virent 6.000 personnes se trémousser sur 3 jours, et les 126.000 personnes qui se pressent aujourd’hui dans les hangars de la Fira 2 de la Zona Franca. Cependant la passion reste entière pour ceux qui y assistent.

 
 

3 jours de fêtes et 2 endroits.

-le sónar de día (de jour) 

Dédié à une musique électronique variée, expérimentale, ouverte à différents styles. S’y tient le SónarPro, qui s’occupe du monde professionnel, des démos de nouvelles technologies, de nouveaux acteurs de la vie musicale. On peut noter le sonarcinéma (courts métrages) et le sónarama (expositions). 

 

– le sónar de noche (de nuit)

Live music: Le sonar Barcelone

Dédié à la musique club, spécialement orienté pour la piste de danse. C’est le haut lieu de la fête, par excellence. De tous les abus, comme il se doit. Le monde de la nuit, donc. (on peut noter la présence d’auto-tamponneuses dans l’une des salles, sensations garanties ! Boire ou conduire, ici, on a le droit de ne pas choisir !)

Tous les grands noms de la musique électronique sont passés par le Sónar et en gardent d’excellents souvenirs: Daft Punk, Björk, The Chemical brothers, Beastie Boys, Kraftwerk, Jeff Mills, Laurent GarnierJusqu’à notre emblème national de la musique électronique: Jean-Michel Jarre.

 
 

Le off Sónar. 

La ville entière se transforme en club à ciel ouvert où la moindre terrasse d’hôtel se transforme en piste de danse, un couvent du XIVe siècle devient le lieu le plus tendance, la plage prend des allures de festival les pieds dans l’eau. C’est là aussi que l’on écoutera des dj moins connus (si l’on cherche bien) et que l’on pourra peut-être retrouver un esprit plus alternatif. En tout cas, tout le monde part à la recherche de LA soirée à ne pas manquer.

 

Changement de cap.

Doit-on rejouer la bataille d’Hernani? L’éternelle opposition des anciens et des modernes? Le conflit des générations? Le festival a changé, à devenir plus grand, il devient aussi plus commercial. Surtout, les générations changent, et la musique avec. Aujourd’hui, grand sacrilège pour les puristes de la première heure, on écoutera également au Sónar du trap et du reggaeton.

Ce qui est sûr, c’est que les prix ont flambé, à devenir plus professionnelle, la fête est devenue très chère. Sónar on ou Sónar off, il va falloir sacrifier sa tirelire, 58 euros pour le Sónar de día et 79 euros pour le Sónar de noche version 2019. Et pour le off, il n’est pas rare de voir des entrées de soirée à 50 euros. La musique électronique n’a plus rien d’underground, elle est partout, et c’est un gros business.

 

Une identité bien travaillée.

Pour finir, il ne faudrait pas oublier les visuels du Sónar, notamment les flyers (oh ! le vieux mot sorti tout droit des années 90) qui contribuent à l’identité du festival. Entre Maradona jonglant avec un ballon, les fans de tuning ou les escrocs célèbrent, les thématiques choisies se veulent alternatives, décalées. 

Mon préféré restant le Sónar de 2001. 
Regardez bien cette famille bourgeoise, bien sous tous rapports. Quelque chose cloche et nous montre que sous ce vernis de famille idéale se cache sans doute une autre réalité, moins parfaite…

 

 
Flyer Le sonar Barcelone